GATINEAU, 10 décembre 2015 – Marc Carrière, conseiller municipal dans le secteur de Masson-Angers et Havre Mitchell de la ville de Gatineau se rallie et approuve le budget 2016 proposé aux élus lors du conseil du 8 décembre dernier.

Il mentionne que le budget 2016 n’en est pas un marquant, mais qu’il s’inscrit dans la poursuite des orientations claires données par le conseil l’an dernier. Il poursuit en soulignant l’importance des travaux de restructuration réalisés par le comité de révision des dépenses et des services, mais note que beaucoup de travail reste encore à faire.

« Je reste par ailleurs préoccupé par la mention de bonification des services à laquelle fait référence l’étude du budget. On parle de bonification de services municipaux de l’ordre de 443 000$ attribuable à une seule patinoire et à un partenariat avec l’UQO et l’ENAP. Pourtant, nous avons procédé à une rationalisation de l’ordre de 170 000$ sur l’ensemble des patinoires du territoire de la Ville. Peut-on vraiment parler ici de bonification de services municipaux? Paradoxalement, on a rationalisé sur le déneigement des trottoirs et la tonte de gazon. »

En ce qui concerne les infrastructures et l’avancement des travaux, M. Carrière affirme que le bilan de 2015 se chiffre à 84% de réalisations effectuées et que malheureusement les travaux du poste de pompage de Masson font partie des 16% non réalisés.

« Je suis extrêmement préoccupé et je travaille à m’assurer que soient rencontrés des échéanciers acceptables pour ces travaux. Les développeurs et les citoyens du secteur ont été patients et je vais me répéter, la patience a des limites. Le rattrapage en infrastructure à la Ville Gatineau se chiffre à 1,3 milliard et le fait d’investir massivement dans les infrastructures est pour moi très positif. Ainsi, je continue à travailler à l’amélioration des infrastructures, des égouts et aqueducs afin de supporter le rythme du développement résidentiel et commercial de mon secteur. »

Marc Carrière salue de nouveau la sagesse de la population d’avoir donné, il y a deux ans, la majorité du pouvoir aux conseillers indépendants.

«Maintenant, je demande à la population d’être vigilante et attentive lors de la deuxième parti du mandat.» conclut M. Carrière.

– 30 –