Il semble nécessaire de mettre au clair certains propos cités à mon sujet concernant ma vision de la culture dans vos pages.

Certaines personnes n’apprécient pas que j’aie dit que je croyais en la culture parce que j’écoutais un CD dans ma voiture. Cette citation, prise hors contexte, laisse croire que je suis un bouffon qui prend des raccourcis intellectuels, ce que je ne suis pas du tout.

Je ne suis sûrement pas indifférent à la culture. Je comprends que des artistes se cherchent des endroits pour créer, comme un jeune se cherche un aréna pour patiner. Je suis sensible à la création, elle m’inspire quotidiennement, peu importe le genre de culture que je consomme. Comme vous toutes et tous. Acheter un CD n’est certes pas créer de la culture, mais incontestablement l’encourager.

Les sommes d’argent octroyées aux différents organismes de mon milieu depuis mon élection prouvent mon désir de protéger notre patrimoine et favoriser la créativité culturelle dans l’est de la Ville. Un soutien majeur de ma part, au Carrefour culturel ESTacade, est actuellement en processus d’attribution afin d’assurer la pérennité de ses activités.

Une célébration artistique majeure pour le 150e de la Confédération, à laquelle je contribue, aura lieu dans mon district. Sans oublier des subventions accordées à même mon budget discrétionnaire aux multiples organismes, permettent l’épanouissement de leurs membres et participants et contribuent à bâtir notre communauté, fondement du développement culturel, économique et social ! Un engagement culturel incontestable.

D’un point de vue politique, j’ai la responsabilité comme élu d’investir l’argent des contribuables intelligemment. J’ai aussi le devoir de respecter les orientations du conseil municipal, ce qui parfois me force à voter contre des projets qui ne cadrent pas dans nos plans. Que ce soit sportif, culturel ou social. Voilà ce qui constituait le noyau de mon intervention ; priorisation et suivi du plan de développement intégré de 2014.

Être responsable, c’est aussi se rappeler que l’achat d’un disque est une source de financement pour les artistes, un support financier incontournable, même si le marché est en plein chamboulement en raison du web. C’est se souvenir que l’achat de billets de spectacle permet à certains artistes de combler les pertes essuyées par la baisse de ventes de disques. C’est se rappeler qu’acheter un billet de cinéma est plus acceptable que de pirater un film sur internet et de le distribuer gratuitement…

Je ne m’étendrai pas davantage, vous aurez compris que la culture fait autant partie de ma vie que la vôtre. Elle se présente sous plusieurs formes, comme l’écriture et le pouvoir de lire entre les lignes pour ne pas sauter aux conclusions et formuler de faux jugements.